Catherine 1 février 2019

Le rugby est un sport difficile. Son développement remonte au football britannique. Mais les règles n’ont presque rien en commun. Nous vous expliquons le sport qui est moins connu dans ce pays.

 

Le rugby règne autour du ballon, touche et bouge.

Le rugby consiste à lancer un « œuf » au lieu d’un ballon, comme dans le football américain. Deux équipes de 15 joueurs chacune se tiennent sur le terrain. Contrairement au football américain, les joueurs ne portent pas de protecteurs.

 

  •     L’œuf peut être frappé avec les pieds et lancé ou porté avec les bras. Le ballon doit passer par la barre supérieure du « but ».
  •     Lors du lancer, la balle ne peut être jouée qu’à l’envers. En cas de violation de la règle, c’est-à-dire d’un jet en avant, il y a une foule ordonnée. Les joueurs se tiennent debout tête à tête et essaient de se repousser et de sécuriser le ballon.
  •     Le pied peut être utilisé pour tirer la balle sans pénalité dans n’importe quelle direction.
  •     Aucun joueur sans ballon ne peut être attaqué. L’attaque n’est autorisée qu’une fois qu’un joueur a le ballon.
  •     L’équipe en défense peut s’accrocher au joueur. De même, il est permis de garder l’adversaire à basse altitude et de l’amener au sol.
  •     Si le sol est touché, ce qui n’est pas limité aux semelles des chaussures, le ballon est libéré. Dans ce cas, le joueur ne peut pas reprendre le ballon.

Rugby : Le système de pointage

Le rugby est un sport d’équipe. Le but est de marquer plus de points que l’adversaire. Le vainqueur est l’équipe avec le plus de points à la fin de la partie. Toutes les attaques, défensives et offensives, visent toujours à gagner des points. Le système de notation est compliqué et étendu.

 

L’essai : Le plus grand nombre de points, cinq en nombre, est atteint lorsqu’une équipe réussit à placer le ballon sur le plateau de l’équipe adverse. Si une équipe effectue un tel mouvement, cela s’appelle un essai, qui rapporte 5 points. Le ballon ne doit pas seulement être porté avec les bras dans la malterie. Il est également permis d’y donner des coups de pied. La condition ici est que la balle doit être touchée avec la main par l’un des attaquants après s’être allongé.

 

L’augmentation : Après cela une soi-disant augmentation peut être essayée à l’essai aussi encore. Si cela réussit, les attaquants sont crédités de deux points. Ici, l’œuf doit être tiré au-dessus de la ligne de but par le milieu des poteaux.

 

    Le « coup de pied de réparation » : Si une équipe commet une faute, l’arbitre siffle un coup de pied de réparation. L’équipe en possession du ballon peut choisir de lancer ou non une attaque. Une autre variante est une tentative d’augmentation. Si un tel coup de pied de réparation entraîne une augmentation, l’équipe reçoit trois points.

 

    La « tentative criminelle » : Cependant, il existe aussi des peines plus sévères qui peuvent être imposées, comme la tentative criminelle. Cela peut se produire si une attaque injuste de l’adversaire a contrecarré un essai qui pourrait mener au succès. Une tentative de pénalité aussi réussie rapporte cinq points à l’équipe. Après cela, il y a à nouveau la possibilité d’augmenter de deux points.

 

Le « squeeze » : En cas de petites fautes, l’arbitre ordonne un squeeze. Dans cette formation souvent vue des deux équipes, les adversaires des deux équipes se rassemblent dans une foule. Cela permet de créer une variante tactique prometteuse. Cet avantage de jeu créé par la foule peut rapidement mener à un essai direct ou à un autre point.

 

   Le « pas de saut » : Le pas de saut est presque explicite en raison de la séquence des mouvements. De l’intérieur du jeu, il y a une possibilité qu’un joueur puisse frapper le ballon dans le but. S’il réussit, son équipe obtient trois points bien écrits. L’œuf a dû toucher le sol. Sauter n’est pas rare, mais plutôt très difficile.

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*