Catherine 31 janvier 2019

Le nuage de contamination radioactive détecté en Europe ces dernières semaines indique qu’un accident s’est produit dans une installation nucléaire en Russie ou au Kazakhstan au cours de la dernière semaine de septembre, selon l’Institut français de sûreté nucléaire IRSN.

L’IRSN a exclu un accident survenu dans un réacteur nucléaire, indiquant que la défaillance s’est probablement produite sur un site de traitement de combustible nucléaire ou dans un centre de médecine radioactive. Il indique également que le nuage n’a eu aucun impact sur la santé humaine ou l’environnement en Europe.

L’IRSN, bras technique de l’ASN, a déclaré dans un communiqué qu’il n’était pas en mesure de localiser l’emplacement exact du rejet de matières radioactives, mais que selon les conditions météorologiques, la zone la plus plausible était au sud de l’Oural, entre l’Oural et la Volga.

« Les autorités russes ont déclaré ne pas avoir connaissance d’accidents sur leur territoire « , a déclaré le directeur de l’IRSN Jean-Marc Peres à Reuters, ajoutant que l’Institut n’a pas encore pris contact avec les autorités kazakhes.

Ces dernières semaines, l’IRSN et plusieurs autres instituts de sûreté nucléaire en Europe ont détecté des niveaux élevés de ruthénium 106, un nucléide radioactif couramment utilisé en médecine nucléaire qui est le produit de la division des atomes dans un réacteur nucléaire et qui n’existe pas naturellement.

L’IRSN estime que la quantité de ruthénium 106 rejetée était importante, entre 100 et 300 térabecquerels, et que si un accident de cette ampleur s’était produit en France, il aurait nécessité l’évacuation ou l’hébergement des personnes dans un rayon de quelques kilomètres autour du site de l’accident.

L’IRSN a exclu la possibilité d’un accident dans un réacteur nucléaire, car cela aurait également entraîné une contamination par d’autres radionucléides. Il a également exclu l’effondrement d’un satellite au ruthénium, car une enquête de l’AIEA a conclu qu’aucun satellite contenant du ruthénium n’était tombé sur Terre pendant cette période.

Les mesures des stations européennes ont montré des niveaux élevés de ruthénium 106 dans l’atmosphère de la plupart des pays européens début octobre, avec un déclin constant à partir du 6 octobre.

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*