Catherine 31 janvier 2019

Pendant des milliers d’années, les chefs militaires ont déterminé l’histoire des États et des peuples avec leurs victoires et leurs défaites. L’historien Jan von Flocken nomme ses généraux les plus importants, y compris les Allemands.

10e Robert E. Lee (1807-1870)

GÉNÉRAUX BLEUS ET GRIS

Pendant la guerre de Sécession américaine, il remporta des victoires étonnantes sur les États du Nord avec des forces numériquement et matériellement inférieures (Manassas II et Fredericksburg 1862, Chancellorsville 1863). Il était un maître du risque calculé et des tours de guerre ainsi que dans la défense extrêmement efficace. Lors de la bataille de Gettysburg en 1863, cependant, il fut abandonné par tous les bons esprits lorsqu’il répéta l’erreur de ses adversaires (attaques frontales obstinées).

9e Helmuth von Moltke (1800-1891)
Le seul membre de l’état-major général dans le top 10. Il a créé une structure de commandement coordonnée au sein de l’armée prussienne qui laisse une grande place à l’initiative personnelle. Son projet de  » marcher séparément – frapper ensemble  » est la recette du succès des victoires rapides contre l’Autriche en 1866 et la France en 1870/71 : Moltke révolutionne la guerre en utilisant la technologie moderne (fusil à aiguille, chemin de fer, télégraphie).

8e Napoléon Ier (1769-1821)

Il serait en tête de ce classement sans Leipzig et Waterloo. Sa brillante campagne en Italie en 1796/97 le place en première ligne des commandants. La victoire éclair de Napoléon à Austerlitz en 1805 écrivit l’histoire militaire, notamment parce qu’il reconnaissait le rôle de l’artillerie comme l’arme qui décidait de la bataille à cette époque et permettait à des armées entières de faire avancer une horloge en parallèle et avec précision. Mais il a échoué dans sa croyance en son infaillibilité et a empêché toute initiative de ses généraux.

7e Frédéric le Grand (1712-1786)

Sans formation militaire approfondie, il s’est éduqué en tant que commandant autodidacte. Il recourt avec succès à l’ancien « ordre de bataille oblique » (centré sur une aile), qui représente une révolution pour l’ère de la tactique linéaire. Les victoires de Frédéric à Roßbach et Leuthen 1757 sont légendaires, mais il avait parfois tendance à faire preuve d’insouciance et à se surestimer, ce qui s’est soldé par des défaites comme celles de Kolin et Kunersdorf.

6e Arthur Wellington (1769-1852)

Depuis l’Espagne, il mit lentement mais sûrement fin au règne de Napoléon. D’abord avec une stratégie défensive d’attrition, à partir de 1812 avec de puissantes offensives (Salamanque 1812, Vitoria 1813) il bat tous les adversaires français. Wellington a développé la puissance de feu de l’infanterie à la perfection. À Waterloo 1815, il a fait preuve d’une ténacité impressionnante et d’une excellente vue du terrain, mais il aurait perdu la bataille sans l’intervention des Prussiens.

5e Hannibal (247-183 av. J.-C.)

Sa traversée des Alpes est considérée comme un chef-d’œuvre logistique. Avec courage et leadership, le Carthaginois résista avec succès à la puissance de guerre la plus puissante de son temps, la République romaine. Sa victoire dans la bataille de Cannae 216 est pour toujours un excellent exemple de la façon dont un adversaire numériquement supérieur peut être vaincu et détruit. Cependant, Hannibal n’a pas été en mesure d’exploiter stratégiquement ses victoires et a été vaincu par les Romains à Zama 202.

4e Erich von Manstein (1887-1973)

La victoire étonnamment rapide de la campagne française de 1940, connue sous le nom de « drépanocytose », était basée, entre autres, sur ses propositions concernant le déploiement concentré de troupes de chars rapides. Sur le front oriental, il conquit la Crimée avec la puissante forteresse Sébastopol et évita une catastrophe encore plus grande après Stalingrad. Le maréchal soviétique Rodion Malinowski jugea Manstein : « Cela aurait pu être mauvais pour nous si tous les généraux de la Wehrmacht allemande avaient possédé son format. »

3ème Narses (autour de 500-574)

L’eunuque byzantin utilisait la guerre comme un exemple exact d’arithmétique, cool jusqu’au cœur. Les Ostrogoths, considérés comme insurmontables, succombèrent à sa planification stratégique sophistiquée. Dans la bataille du Vésuve en 552, il détruisit l’ennemi par une force terrestre et maritime combinée – une rareté dans les temps anciens. Même les Francs éprouvés par la bataille ont été vaincus par lui dans la bataille de Volturnus 554 et expulsés d’Italie.

2ème Prince Eugène de Savoie (1663-1736)

Il n’a pas perdu une seule bataille. Sa bravoure et sa volonté de prendre des risques, combinées à une planification précise des manœuvres et à une guerre agile. Lors de la bataille de Belgrade en 1717, il vainquit les Turcs dans le chef-d’œuvre de la poursuite d’un siège et, en même temps, de la défaite décisive d’une armée de secours. La réputation d’invincibilité de la France a été gravement ébranlée par les succès d’Eugen dans cinq batailles (dont Höchstädt 1704).

1er Alexandre le Grand (356-323 av. J.-C.)

Le plus jeune général de tous les temps, qui a gagné sa première bataille à l’âge de 20 ans. Grâce à son leadership, à ses tactiques brillantes, à sa bravoure personnelle et à sa détermination sans faille, l’Empire persan fut maîtrisé. La bataille de Gaugamela 331 est considérée comme un exemple classique d’attaque de flanc réussie contre un ennemi de loin supérieur en nombre. Alexandre réforma la façon dont la phalange macédonienne combattait, la combinant avec les archers orientaux, et forma la cavalerie comme arme de combat.

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*