Catherine 1 février 2019

Qui était Kaspar Hauser ?

Sa mort mystérieuse et son passé énigmatique nourrissent des légendes sombres jusqu’à aujourd’hui.

Le lundi de Pentecôte du 26 mai 1828, les passants de la Unschlittplatz de Nuremberg ont reçu une image très curieuse. Un jeune homme s’est dandiné sur la place en marchant avec un tout-petit, sorti de nulle part.

Il faisait des sons inintelligibles. Comme personne ne pouvait faire quoi que ce soit avec cette « figure drôle et caniche », le spectacle s’est terminé au poste de police. A la stupéfaction de toutes les personnes présentes, le jeune homme prit un stylo et écrivit le nom « Kaspar Hauser ».

 

Kaspar Hauser a apparemment vécu en isolement pendant des années

Ce fut le début de la plus grande confusion de l’histoire récente. Le maire de Nuremberg, Jakob Friedrich Binder, s’est personnellement occupé de cette affaire. Selon une note que Hauser portait sur lui, il est né le 30 avril 1812 et était donc âgé de 16 ans.

Le jeune homme ne pouvait que se rendre difficile à comprendre et articulait surtout des bouts de mots et de phrases. On remarquait qu’il ne mangeait que de l’eau et du pain de toute la nourriture qu’on lui offrait, que les bruits forts l’effrayaient et qu’il pouvait voir d’une manière exceptionnellement nette dans le noir.

Binder en est venu à la conclusion que Hauser a dû vivre pendant des années dans un cachot sans lumière, dans un isolement total. Il n’était « ni fou, ni stupide, mais apparemment, d’une manière impie, éloigné de force de toute éducation humaine et sociale, comme un homme sauvage avait été élevé ».

Juste un tricheur intelligent ?

Bientôt Kaspar Hauser fut confié à Georg Friedrich Daumer, érudit privé de Nuremberg. Il a remarqué que son protégé n’avait pas les compétences scolaires les plus élémentaires. En quelques semaines, il a appris à lire, à calculer et surtout à parler sans se tromper. D’autres ont eu besoin d’années pour cela, c’est pourquoi la suspicion que Hauser était un tricheur intelligent, qui n’a pas été éteint à ce jour.

Une tentative d’assassinat qui a eu lieu le 17 octobre 1829 dans l’appartement de Daumer sur Hauser semble également extrêmement étrange. Il a subi une coupure au front et a prétendu qu’un « homme noir » l’avait poursuivi et attaqué.

Les allégations de fraude reposaient avant tout sur le comportement étrange de Hauser après la tentative d’assassinat. Alors il a prétendu avoir été attaqué à la montée de la maison. Mais il s’est alors enfui, comme on a pu le reconstituer à partir des traces de sang, non pas vers les étages supérieurs de la maison (où d’autres personnes étaient hébergées), mais d’abord vers le premier étage, puis vers le bas à nouveau.

 

La mort mystérieuse de Kaspar Hauser

Au début de 1832, les autorités confièrent le jeune homme de 20 ans à l’enseignant Johann Meyer à Ansbach. Ici, il aurait été poignardé dans le jardin de la cour du château le 14 décembre 1833. Hauser a vécu encore trois jours et a décrit son meurtrier comme un homme aux cheveux noirs et à la moustache noire. Il n’a jamais pu être identifié, bien que le roi Louis Ier ait proclamé une récompense de 10 000 florins pour capturer l’auteur du crime.

Cette mort mystérieuse et le passé mystérieux de Kaspar Hauser alimentèrent bientôt une sombre légende. En conséquence, il était en fait l’héritier du trône du Grand-Duc de Baden, né en 1812, qui avait été remplacé, bébé, par un enfant en phase terminale.

Cela aurait été fait au nom d’un parent défavorable qui préférait placer son propre fils sur le trône de Baden. Comme la plupart des légendes, celle-ci a un noyau rationnel. En fait, la princesse Stéphanie, épouse du Grand-Duc de Baden, a donné naissance à l’héritier désiré du trône le 29 septembre 1812 au château de Karlsruhe.

Von Feuerbach croyait qu’une noble conspiration était une grande conspiration.

Ce garçon tomba malade moins de trois semaines plus tard et mourut en quelques heures le 16 octobre. La mère s’est vu refuser l’accès à l’enfant mourant pour protéger sa propre santé attaquée.

Ainsi, les chances de la comtesse de Hohenberg augmentèrent de nouveau. Elle avait été une épouse « morganatique » (pas égale) du défunt Grand-Duc Karl Friedrich. Leurs enfants communs étaient exclus de la succession au trône, à moins que la lignée grand-ducale ne s’éteigne dans la tribu masculine.

Serait-il donc possible que le prince héréditaire en bonne santé ait été enlevé ou remplacé au nom de la comtesse de Hohenberg ? Le père intellectuel de cette thèse était l’avocat Anselm Ritter von Feuerbach, président de la Cour d’appel d’Ansbach.

Théorie des princes héréditaires : l’analyse de l’ADN pour apporter de la clarté

Il a minutieusement traité l’affaire en 1832 et en est venu à la conclusion que Kaspar Hauser était l’héritier légitime du trône de Baden, né en 1812. Il croyait même avoir identifié les parents biologiques de l’enfant mort submergé.

Pour des raisons de raison d’état ou parce qu’il considérait sa propre théorie comme un peu hors-jeu, il s’est abstenu de la publier. Seul son fils l’a fait en 1852.

Depuis lors, le débat sur la noble identité de Kaspar Hauser a été mené avec des dizaines d’indices pour et contre. La clarté finale devrait apporter une analyse comparative de l’ADN en 1996.

Un musée conservait de nombreux vêtements de Hauser, y compris ses pantalons tachés de sang, qu’il portait le jour de l’assassinat. Les médecins légistes lui ont prélevé du matériel génétique et l’ont comparé à celui d’un descendant de la dynastie Baden.

Taches de sang contaminées et respect de la paix des morts

Résultat : pas de correspondance. La thèse du prince semblait donc terminée. Mais seulement cinq ans plus tard, d’autres tests ont montré que les taches de sang sur le pantalon de Hauser ne provenaient pas du tout de lui.

Le personnel trop zélé du musée avait rafraîchi à plusieurs reprises les éclaboussures de sang étranger qui s’estompaient afin d’en augmenter l’effet dramatique. Par conséquent, la théorie du principe héréditaire ne peut plus être testée directement par le matériel génétique de Kaspar Hauser, mais seulement par celui de l’enfant prétendument échangé avec lui.

Ses os reposent encore dans la crypte familiale de la maison Baden à Pforzheim, mais la famille refuse une comparaison ADN par respect pour la paix des morts.

La théorie montre de nombreuses contradictions logiques

Étonnamment, deux questions cruciales ne sont presque jamais posées dans ce débat. Quel aurait été le but de l’enlèvement du Prince héréditaire de Baden ? Sa mère, la princesse Stéphanie, n’avait que 23 ans en 1812, de sorte qu’elle allait très probablement donner naissance à d’autres enfants, dont un héritier du trône.

En fait, elle a eu deux autres filles et un fils. Les auteurs n’auraient pas pu deviner que ce garçon mourrait en 1817 à l’âge d’un an et demi seulement, à moins qu’ils n’aient des talents de voyants.

Et si la comtesse Hohenberg, par exemple, voulait mettre le prince héréditaire à l’écart pour toujours, pourquoi a-t-il été emprisonné comme un animal sauvage pendant 16 ans juste pour finalement le libérer ? Il aurait été plus évident de tuer l’enfant ou de lui donner une nouvelle identité de bébé sans méfiance.

Kaspar Hauser reste un mystère

Ceux qui espèrent des réponses des os de Kaspar Hauser seront déçus. Sa tombe sur le cimetière municipal d’Ansbach a été frappée par une bombe en 1945.

 

Dont les ossements sont sous la pierre tombale aujourd’hui est complètement incertain. Le mystère du jeune homme ne sera probablement jamais résolu complètement.

 

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*