Catherine 9 novembre 2018

Léonard de Vinci a peint la Joconde pendant trois ans. Aujourd’hui encore, le tableau est l’un des tableaux les plus énigmatiques au monde.

L’horreur paralysante s’est répandue parmi le personnel du Louvre à Paris. Dans le Salon Carré du célèbre musée d’art, seul un rectangle vide a été trouvé le 22 août 1911, peu avant que la Joconde de Léonard de Vinci y soit encore accrochée.

Bien qu’un officier de police judiciaire ait été nommé nouveau directeur du Louvre, la disparition du portrait de 77×53 cm est d’abord restée un mystère. La veille, un lundi, le bâtiment avait été fermé pour des travaux de nettoyage et de réparation destinés au public.

Pendant ce temps, de nombreuses photos ont été accrochées au mur. Lorsque le cadre en bois de 35 kg a été découvert dans un coin du Louvre, il est devenu évident que le voleur avait enlevé la planche de peinture et l’avait sortie clandestinement de la maison. Il n’y avait aucune trace de l’auteur de l’attentat et il en est resté ainsi pendant les deux années qui ont suivi.

Ce vol spectaculaire a de nouveau suscité un grand intérêt pour l’un des portraits les plus énigmatiques de l’histoire de l’art. La tradition la plus ancienne et la plus fiable est tout à fait concluante. La photo montre Lisa di Noldo Gherardini, née en 1479, fille d’un fabricant florentin.

Elle s’est fiancée de bonne heure à Giuliano de Medici, le plus jeune fils de Lorenzo le Magnifique. La famille Médicis dominait alors tout le territoire autour de Florence. Mais en 1494, un soulèvement religieux a éclaté ici et les Médicis ont été expulsés de la ville.

Giuliano s’enfuit également vers le roi Charles VIII de France, qui occupait le nord de l’Italie avec une armée envahissante. Tandis que Giuliano en service en français l’apportait au duc, la pauvre Lisa resta seule et s’imprégna à Florence. Finalement, en 1495, le commerçant Francesco del Giocondo, beaucoup plus âgé mais très riche, prit soin d’elle et l’épousa.

En 1503, il commande un portrait de sa femme au célèbre génie universel Léonard de Vinci. Pendant trois ans, Léonard, qui n’était pas un travailleur rapide de toute façon, a lutté avec le tableau, pour finalement le garder et l’emmener à son exil en France en 1517.
Lorsqu’un véritable culte éclate autour du tableau au XIXe siècle (les Italiens le baptisent Monna Lisa – Frau Lisa – ou La Gioconda), on ne croirait pas que la dame au regard étrangement voilé n’était que la femme d’un commerçant ennuyeux.

Son sourire insondable et la magie sublime de son apparence ont été analysés psychologiquement

Ainsi l’interprétation de la Joconde oscille entre saint et pute. Même le paysage à l’arrière-plan est apparu à un historien d’art allemand en 1909 comme « onirique comme tremblant dans une sensualité orageuse et sulfureuse ».

La thèse la plus souvent discutée à ce jour est que l’image est un autoportrait déguisé de Léonard de Vinci, qui voulait abandonner une autre énigme à sa postérité. Une analyse informatique entre le seul autoportrait authentique de Vinci, un dessin, et la Joconde a servi de preuve.

Certes, la première a le défaut décisif de montrer l’artiste comme un vieil homme ridé au-delà de 60 ans, alors que la Gioconda compte au plus 25 à 30 ans. Cela rend toute comparaison faciale hautement spéculative.

Un autre argument (correct) est qu’il n’y a pas d’esquisses préliminaires pour cette image, bien que Leonardo ait normalement fait plusieurs dessins à la plume de ses modèles. Bien sûr que non, parce qu’il n’avait qu’à se regarder dans le miroir pour continuer à travailler sur le tableau.

Ça aurait pu être très différent ici aussi. Il est possible que les études préliminaires aient tout simplement été perdues lors d’une des nombreuses délocalisations de Leonardo.

Une nouvelle théorie de la fraction autoportrait : la Joconde porte un insert tressé à l’encolure appelé vinco en italien – les parallèles avec da Vinci sont évidents. Mais malheureusement, ce vinco est porté par plusieurs dames représentées par Léonard, comme Ginevra de Benci (vers 1478) ou Cecilia Gallerani (vers 1485).

La contribution la plus bizarre à la discussion sur la Joconde a été faite récemment par des archéologues de l’Université britannique de Bradford. Selon son analyse, la mystérieuse zone buccale de la Gioconda est le résultat d’un problème dentaire.

Léonard ne voulait cacher les dents défectueuses de son modèle que derrière un sourire légèrement cabossé. Le vrai secret, c’est probablement une toute nouvelle technique de peinture. Léonard a inventé le Sfumato (Italien = brumeux, brumeux).

Écran d’affichage

Il s’agit d’une transition fluide et à peine perceptible entre des surfaces de couleurs différentes. Ainsi les ombres se confondent, ce qui donne aux contours un flou partiel, ainsi que l’expression du visage. Un voile de brume légère surmonte aussi le sourire à peine indiqué et les ombres sur les coins de la bouche de la respectable épouse du marchand Lisa del Giocondo.

En décembre 1913, un galeriste de Florence rapporte qu’un inconnu lui a offert la Joconde en vente.

Le peintre décoratif de 32 ans Vincenzo Perugia a finalement été arrêté. Il a avoué le vol, mais l’a couvert de l’impulsion patriotique de retourner l’une de ses plus grandes œuvres d’art en Italie. Le tribunal n’a pas retiré ces nobles motifs de Pérouse et l’a condamné à sept mois de prison.

Après tout, il avait si bien conservé le tableau peint sur du bois de peuplier fin que, à la stupéfaction des experts, il n’a pratiquement pas subi de dommages. Depuis 2001, la Joconde sourit dans une salle séparée du Louvre, derrière une vitre blindée sécurisée trois fois par des systèmes d’alarme.

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*