Catherine 31 janvier 2019

Le monde

« Perry Rhodan » est comme le coelacanthe de la science-fiction. La série est publiée chaque semaine depuis 1961, à partir d’aujourd’hui le 2500ème volume est disponible au kiosque : « Projekt Saturn ». Combien de volumes avez-vous lus ?

Andreas Eschbach :

Peut-être la moitié. Et plus comme la première moitié.

Vous avez un magazine préféré ? Un écrivain préféré ?

Eschbach :

Avec un peu d’effort, je pourrais dresser une liste des dix meilleurs numéros, mais elle semble certainement différente pour tout le monde. Et bien sûr, il y a des auteurs que vous aimez et d’autres que vous n’aimez pas.

Que pensez-vous des pères décédés de la série : Clark Darlton alias Walter Ernsting et Karl-Herbert Scheer ?

Eschbach :

J’ai beaucoup aimé lire Scheer ; Darlton, par contre, n’était généralement pas mon cas. Ça a souvent dégénéré en comédie burlesque.

Scheer avait la réputation d’un « canon-herbert ».

Eschbach :

Oui, il arrivait parfois qu’on s’énerve de se perdre dans la description débordante d’armes puissantes et d’énormes vaisseaux spatiaux. Mais je l’ai accepté, parce qu’autrement, il écrivait très bien.

Vous avez publié votre première histoire de science-fiction à l’âge de 15 ans sur le LKS, la « page contact lecteur » de « Perry Rhodan ».

Eschbach :

C’était ma toute première publication.

Et vous avez aussi écrit le premier roman de Perry Rhodan. Entre-temps, vos propres romans – le « Jesus Video » ou « A Billion Dollar » – sont des best-sellers internationaux. Pourtant, vous venez d’écrire un autre Perry Rhodan. « Le Piège de Dhogar » apparaîtra sous le numéro 2503. Pourquoi tu t’infliges ça ?

Eschbach :

Le vieil amour ne rouille pas. C’est génial quand on commence à lire une série à l’âge de onze ans, et des années plus tard, en raison des rebondissements miraculeux du destin, on peut écrire exactement pour cette série. C’est comme jouer dans les Beatles.

Comment naissent les romans « Perry Rhodan » ? Derrière tout cela se cache un système sophistiqué.

Eschbach :

Il n’y a pas d’autre solution si vous imaginez quelle productivité doit être atteinte. Il y a une conférence annuelle où les auteurs réguliers discutent de la façon dont l’action devrait se dérouler ; il y a quelqu’un qui détient la direction générale – intérieurement appelé un « expocrate » – qui dévore les fils de l’action ensemble…

Il écrit les exposés.

Eschbach :

C’est ça, c’est ça. Et un tel exposé finit avec un écrivain.

Pourquoi un auteur chevronné se soumet-il à un tel système ? Les ego des écrivains ne sont généralement pas exactement petits.

Eschbach :

Oui, mais d’un autre côté, l’art vit de restrictions. Si, par exemple, vous écrivez un sonnet, vous devez vous soumettre à des règles extrêmes sur ce qui rime avec quoi. Au-delà, c’est très agréable de ne pas avoir à tout inventer moi-même. Parce que c’est ce qui est vraiment dur quand on écrit des romans : Créer le monde entier dans lequel se déroule le roman. « Perry Rhodan » est le récit le plus long de l’histoire littéraire – vous avez un cosmos gigantesque auquel vous pouvez facilement accéder.

Perry Rhodan a maintenant plus de 3000 ans grâce à un activateur cellulaire. Mais où en sommes-nous exactement avec le volume 2500 dans le Perryversum en ce moment ?

Eschbach :

Mon roman se déroule sur une ancienne station spatiale d’origine inconnue, située dans un amas globulaire légèrement au-dessus de la Voie lactée et reliée à d’autres stations spatiales par une sorte de système de porte des étoiles. Le problème actuel est qu’un changement s’est produit dans une constante universelle qui rend les vols dans l’hyperespace plus difficiles. On pourrait dire sans ambages que le monde actuel de « Perry Rhodan » a un problème d’énergie.

D’autres motifs du nouveau cycle rappellent la mondialisation ou Barack Obama.

Eschbach :

« Perry Rhodan a toujours reflété l’histoire contemporaine. Certainement pas consciemment, mais chaque auteur est toujours quelque chose comme un sismographe émotionnel de son temps. La guerre froide, les différents mouvements des années soixante-dix et quatre-vingt – tout cela est dans « Perry Rhodan ». Et maintenant, la crise énergétique, le changement climatique et la tentative d’un nouveau départ, que défend Obama, par exemple, se reflètent.

D’autre part, « Perry Rhodan » a préservé l’esprit utopique de la science-fiction, même à une époque cynique et apocalyptique. Comment était-ce possible ?

Eschbach :

Je pense que c’est dû aux figures de proue : Perry Rhodan lui-même, son fidèle compagnon Reginald Bull, son adversaire difficile Atlan. Ces chiffres me rappellent toujours un peu Karl May. Perry est Old Shatterhand, Atlan est Winnetou…. Le mythe qu’ils ont à leur sujet préserve l’esprit.

« Perry Rhodan a toujours été largement exempt d’ironie. Ça t’a aidé aussi ?

Eschbach :

De toute évidence, « Perry Rhodan » est une affaire sérieuse. Avec toutes ces blagues et ces renoncements : Le principe de base selon lequel l’avenir de l’humanité réside dans l’espace extra-atmosphérique et qu’en fin de compte, le bien gagne n’est pas remis en cause.

L’ironie a longtemps été le mode dominant. Perry Rhodan » est-il plus actuel aujourd’hui qu’il y a 20 ans ?

Eschbach :

Vous posez cette question à quelqu’un pour qui Perry Rhodan faisait partie de sa jeunesse. La série est peut-être plus reconnue aujourd’hui et n’est plus simplement considérée comme de la littérature sale. Ou peut-être les journalistes trouvent-ils « Perry Rhodan » plus intéressant aujourd’hui.

Parce que l’émission est rétro ? Ou est-ce qu’on est à court d’autres tissus ?

Eschbach :

Je ne sais pas si c’est le mouvement rétro ou si le mouvement rétro est simplement un signe que nous ne pouvons pas penser à quelque chose d’intelligent. Ce serait plus mon soupçon. Quand Hollywood tourne à nouveau le remake d’un remake pour 100 millions de dollars, je me demande souvent : « Est-ce que ça doit être ? Les gens ne peuvent penser à rien d’autre ? C’est ce qu’on dirait.

La science-fiction est en crise parce que nous avons perdu l’idée du progrès, dit-on sans cesse. Mais est-ce que c’est vrai ?

Eschbach :

L’idée de progrès doit être envisagée de manière plus générale. « Perry Rhodan » a toujours dit que la technologie seule n’est pas la solution. Dans le cosmos « Perry Rhodan », il y a beaucoup d’erreurs technologiques que le Club de Rome n’aurait pas pu mieux imaginer. Avec « Perry Rhodan », il est clair que les valeurs morales et leur développement sont prioritaires. Enfin, le centre de l’univers « Perry Rhodan », son ADN, est le « Code moral ».

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*